Recherche d’un vaccin au CHUV

Lausanne est un haut lieu mondial de la recherche scientifique pour le développement d’un vaccin contre le VIH. Cette recherche est menée au CHUV, en particulier au Service d'immunologie et allergie, qui est dirigé par le Professeur Giuseppe Pantaleo et qui compte plus de 100 collaboratrices et collaborateurs qui travaillent pour les soins, le diagnostic et la recherche qui bénéficient aux patients atteints de maladies affectant le système immunitaire, dont le SIDA.

 

 

Sous l’impulsion de Professeur Pantaleo et Professeur Matthieu Perreau, l’équipe de recherche se concentre sur plusieurs projets répartis en trois axes : 1) la pathogénèse du VIH ; 2) la caractérisation du réservoir du VIH ; 3) la recherche sur des interventions ciblées sur le VIH. 

 

L’étude de la pathogénèse du VIH ainsi que la caractérisation du réservoir du VIH visent à mettre en évidence les mécanismes immunologiques et virologiques permettant au virus de se maintenir sous forme ‘dormante’ dans l’organisme.

 

Ce type d’étude a mis en évidence que certaines cellules infectées par le VIH persistaient dans des endroits du corps difficiles d’accès aux lymphocytes T cytotoxiques (cellules tueuses du système immunitaire, notamment pour contrer les virus). Par ailleurs, une meilleure compréhension des mécanismes associés à la persistance du VIH pourrait également permettre de mieux concevoir les stratégies expérimentales visant à son élimination. Dans ce contexte, de nombreuses stratégies d’interventions immunitaires ciblées sont couramment explorées par l’équipe. En savoir plus sur le Service d’immunologie et d’allergie du CHUV.

 

Afin de coordonner la recherche mondiale pour le vaccin du VIH, le Service d'immunologie et allergie du CHUV est un des co-leaders d'EHVA, un large consortium européen de recherche sur le VIH lancé en 2016 et financé par la Commission Européenne et la Confédération Helvétique notamment, et qui représente une plateforme multidisciplinaire afin de développer et d'évaluer de nouvelles stratégies telles que de nouveaux vaccins préventifs et thérapeutiques.

 

S'appuyant sur l'expérience acquise dans le domaine de la recherche sur le VIH au cours des dernières décennies, l'EHVA a mis au point un processus qui facilite la sélection et le développement de candidats vaccins prometteurs, depuis la découverte et la fabrication jusqu'aux premiers essais cliniques.

 

A ce jour, l'EHVA a mis au point plusieurs nouveaux concepts de vaccins, notamment des candidats vaccins a base de vecteurs, de nouvelles modalités d'administration et des candidats vaccins à base de trimère de l'enveloppe du VIH. Le consortium prévoit d'achever trois essais cliniques d'ici 2023. En savoir plus sur l’EHVA.

 

 

Grâce à votre soutien auprès de Freedom Forever, à votre engagement et les événements 

que vous organisez, vous permettez à l’équipe de recherche du CHUV de continuer les efforts 

dans le développement d’un vaccin contre le VIH. 

 

Professeur Giueseppe Pantaleo

Crédits photo : © CHUV 2020 | Eric Deroze

Professeur Matthieu Perreau

Crédits photo : © Felix Imhof


Etudes cliniques en cours

Le VRI06 est un essai vaccinal dans le cadre d’un programme public de recherche académique contre le virus du sida.  Il est organisé par l’Inserm-ANRS situé à Paris. L’ANRS est une agence française publique autonome de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) en charge des recherches sur les maladies infectieuses émergentes, le VIH/SIDA et les hépatites virales.

Quel est le but de cet essai vaccinal anti-VIH ?

Le but de cet essai vaccinal anti-VIH est d’étudier l’innocuité (absence d’effets secondaires graves) et l’immunogénicité (capacité à induire des réponses immunitaires) d’un vaccin innovant ciblant les cellules dendritiques (DC) en vue de l’élaboration d’un vaccin préventif contre le VIH/sida. Le vaccin est administré seul ou en combinaison avec un autre vaccin anti-VIH et à 3 doses différentes afin de déterminer la dose vaccinale induisant la meilleure stimulation des défenses immunitaires.

COMMENT S’ORGANISE L’ESSAI ?

  • La durée de participation pour chaque volontaire sera de 1 an à compter de son recrutement.
  • Les 72 volontaires, suivis dans l'un des sites de recherche de l’étude (en Suisse (CHUV) ou en France), seront répartis dans l’un des 6 groupes de traitement soit dans le groupe vaccinal soit dans le groupe placebo par tirage au sort.
  • 8 visites sont prévues pour chaque volontaire. Chaque visite dure entre 1 et 3 heures.
  • La 1ère visite médicale (dite de pré-inclusion) est prévue 4 semaines avant le début des vaccinations. Elle comportera un examen clinique complet et des examens biologiques (prélèvements de sang et urine) ainsi que des questions sur votre vie sexuelle, pour vérifier que vous êtes en bonne santé et que vous ne présentez pas de risque important de contracter le virus, notamment par vos pratiques sexuelles.
  • Des échantillons de sang, identifiés par un numéro de code sans mention de votre nom, ni de votre prénom, seront congelés à partir de vos prélèvements sanguins pour constituer une biothèque. Ils pourront servir à vérifier certaines données biologiques et effectuer des tests complémentaires dans le cadre de l’essai. Ils pourront également être utilisés, sauf opposition de votre part, pour la recherche sur la conception de vaccins contre le VIH et les maladies infectieuses.

EHVA T02: ESSAI CLINIQUE DU TRAITEMENT DU VIH

Conception: essai multicentrique, randomisé, en double aveugle.
Statut: Recrutement pas encore ouvert.
Durée de l'étude par participant: jusqu'à 54 semaines
Date d'achèvement estimée de l'étude: 31 décembre 2021.

Titre de l'étude: Un essai thérapeutique randomisé de phase I / II sur un vaccin contre le VIH chez des personnes qui ont commencé des antirétroviraux pendant une infection primaire ou chronique.

EVHA T02 est une étude internationale, de phase I / II, multicentrique, en plusieurs étapes, en double aveugle qui évaluera au moins trois bras expérimentaux par rapport au placebo chez des participants infectés par le VIH-1 pour voir si un ou plusieurs de ses derniers ont un impact cliniquement pertinent sur le contrôle de la réplication virale.